Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 07:00

 

    L'or des ajoncs resplendit de mille feux
  
    bien avant que le printemps n’arrive ...
  
    Dans tous les buissons qui entourent les champs du bocage
  
    leurs fleurs embaument l'air d'un parfum de miel,
  
    et les oiseaux s'y cachent bien protégés par leurs piquants,
  
    Sous forme de fagots, les ajoncs ont jadis chauffé les fours à pain,
  
    et broyés, servi de fourrage aux vaches et aux chevaux ...
  
    En Bretagne, comme en Vendée, ils sont merveilles !
  
Partager cet article
Repost0

commentaires

Marie Minoza 02/02/2018 15:20

Très joli tableau...
voici la légende des ajoncs:
Clotaire, un des fils de Clovis, avait épousé, en cinquième noce, Radegonde, de Thuringe, en 531. La reine préféra très vite entrer en religion, plutôt que de rester a la cour de Clotaire. Elle partit, avec quelques dames de cours, en direction de Poitiers.
Mais le roi Clotaire, ne voyant pas cette affaire sous le même angle que Radegonde, se mit à sa poursuite. Une «chasse» s’engagea ce qui amusa considérablement le diable, qui pour donner du piment à cette traque, envoya à Clotaire, une pie qui était chargé de rapporter au roi tous les faits et gestes des fuyardes.

Bientôt Radegonde et sa suite furent pris au piège dans la forêt de Scévolles au sud de Loudun. Se voyant prisent, les fugitives se cachèrent derrière des ajoncs, qui se mirent à fleurir comme par enchantement, devant le roi Clotaire. Celui-ci compris tout de suite que ce phénomène relevait du prodige et abandonna ses prétentions sur Radegonde.
La Reine put se diriger sur Poitiers pour y fonder l’abbaye de Sainte croix, le premier couvent destiné aux femmes.
Tout semblait se terminer pour le mieux pour tout le monde, mais c’était compter sans notre futur Sainte Radegonde, qui était un peu rancunière sur les bords.
Elle maudit l’animal qui avait espionné et renseigné le roi pendant toute cette cavale, en demandant à Dieu de Couvrir l’oiseau d’un grand manteau noir, signe de deuil, et de lui donner un cri strident, qui agresseraient les oreilles de tout être humain…


Sources:
Légendaire de la Vienne de R. Mineau et L. Racinoux.1978.

Présentation

  • : Les aquarelles de Marie-Luce
  • : J’aime les fleurs et toutes les couleurs de la Nature !!! Comme j’ai toujours adoré dessiner, je me suis mise à peindre (aquarelle & acrylique) … N’étant encore que peintre « amateur », je vous montre sur ce blog toutes mes réalisations afin que, par vos critiques, vous puissiez m’aider à progresser dans cet art, qui est devenu ma passion !!!
  • Contact

Recherche

Liens